Elles vous font rêver ?

 

A vos clics, votez pour les œuvres qui vous plaisent le plus ! D’ici mercredi 8 mai soirée.

Ce concours a fait des curieux… C’est ce que nous voulions !

« Echanger sur les endroits nature et les espèces qui nous plaisent dans les Belleville »

A nous tous maintenant de voter pour sélectionner les plus belles images ! Parcourez la galerie d’images sur la droite en cliquant pour agrandir, puis cochez le numéro de votre photo, peinture ou texte préféré dans le sondage ci-dessous. N’oubliez pas de cliquer sur « Vote » tout en bas de la liste !

On se donne ensuite tous rendez vous le 11 mai pour fêter l’environnement ensemble à Villarenger et mettre en valeur ces beaux clichés.

A très bientôt !


REGLEMENT DU CONCOURS ON AIME NOTRE SI JOLIE VALLEE

Catégories :

Ce concours se décompose en catégories selon l’âge :

  • Petits montagnards jusqu’à 6 ans inclus, Junior jusqu’à 12 ans, Adulte ensuite

et selon l’objet

1-a et b            photos (adulte et junior)

2-a  b et c        poème ou témoignage (adulte, junior, petit montagnard)

3-a  b et c            dessin (adulte, junior, petit montagnard)

Vote :

Fin avril 2019 – Les adhérents et sympathisants pourront voter sur notre blog où les documents seront exposés pendant la durée du concours. Ce vote sera complété par l’avis d’un comité d’éthique composé de l’équipe de l’association organisatrice, du photographe professionnel et de(s) garde(s) moniteur(s) du parc national de la Vanoise.

Critères :  Les œuvres devront se trouver sur le territoire de la Vallée des Belleville (territoires de St Jean et de St Martin)

Nous attendons des valeurs de respect de l’environnement, de curiosité, d’infos pertinentes données sur les lieux parcourus ou pris en photo. Et bien sûr de beauté des mots, dessins et photos.

Mise en valeur : Les plus belles contributions seront ensuite exposées sur notre site internet.

Les primés (3 premières places des catégories) se verront transmis un prix sur la nature (ouvrage sur la faune et la flore de montagne par exemple) lors de la rencontre-cérémonie dédiée, le 11 mai 2019.

Réception – formats :

Photo 10 Mégapixels mini. – dessin scanné en 600 dpi, et poème-témoignage sur traitement de texte- seront  indiquées les coordonnées dans le mail attenant (nom prénom âge adresse téléphone) – Calendrier : de novembre 2018 à fin avril 2019 – Rencontre et expo en partenariat avec la mairie des Belleville lors de la fête de l’environnement 11 mai 2019.

 Droits d’auteur : Les participants acceptent que leurs œuvres soient utilisées pour le blog et l’association (en citant son auteur) et qu’elles soient exposées au public si une présentation des œuvres est prévue dans une des salles communales.

Demain Vivre aux Belleville Novembre 2018- Tous droits réservés.

 

L’herbe jaune

La neige a fondu en décembre
Par une douceur de septembre.

Par des rus éphémères la Blanche a fui
Le grand assaut du ciel bleu et de la pluie.

Fléau des aïeux et gloire des pères,
Condamnée à l’exil sur les revers.

Adrets spoliés de leur habit d’ivoire,
Pentes d’herbe jaune et de roches noires.

Triste vision du déclin de la Terre ;
Couleur de l’or, couleur de la misère.

Les grandes puissances de l’argent
Ont laissé l’or noir tuer l’or blanc.

Vautré dans sa fange confortable,
L’homme s’est laissé conter des fables.

La nature était pourtant son origine,
Et qu’adviendra-t-il de l’arbre sans racines ?

Lui qui a mis des milliers de millénaires
À croître plus haut que la forêt primaire.

Assis là sur les hauteurs de Saint-Jean,
Je fixe au nord un sommet menaçant.

Lui surplombera toujours la forêt des monts :
Le Mont Noir et sa silhouette de démon.

Mais je me souviens vaguement
D’un majestueux dôme blanc.

L’hiver reviendra car de toute façon,
Chaque jour est une nouvelle saison.

An de disgrâce deux mille quatre-vingt-deux ;
Apocalypse d’étés gris et d’hivers bleus.

Je songe à Manhattan sous les eaux,
Aux morts de soif et au grand chaos.

Déçu par l’être humain, je songe à mon enfance :
C’était le temps des cœurs purs et de l’insouciance.

Ma luge glissait jusqu’en mars et dès novembre ;
Toujours, je songe : la neige a fondu en décembre.

Nicolas Bornand (Saint-Jean-de-Belleville), 2015