Pétition – À vous de signer !

VALLON DU LOU EN DANGER

PETITION CONTRE SON PROJET D’AMENAGEMENT

Adressée à Monsieur le Maire des Belleville et Monsieur le Préfet

Pour signer la pétition en ligne

Pour signer la pétition en version papier

La société des remontées mécaniques des Menuires, la SEVABEL, a pour projets :

  • L’installation d’un télésiège 6 places (de la Dame Blanche) sur le versant EST de la Masse,
  • La création d’une piste de ski (la piste des Belleville) depuis ce télésiège descendant versant SUD-EST du Vallon du Lou jusqu’au pont situé en aval du refuge et du Lac du Lou.

Nous nous opposons à ces projets.

Ces projets seraient un début d’extension du domaine skiable dans le vallon du Lou, zone naturelle remarquable, jusqu’alors protégée par le Plan Local d’Urbanisme et le tout récent SCOT intercommunal.

Le Vallon du Lou est inventorié au niveau national Zone Naturelle d’Intérêt Faunistique et Floristique Z.N.I.E.F.F de type 1.

En modifiant le PLU, cet aménagement, par le précédent qu’il créerait, serait la porte ouverte à une extension dans tout le périmètre du Vallon du Lou et les autres secteurs vierges de la Vallée.

Nous demandons à Messieurs le Maire et le Préfet de s’opposer aux dossiers d’urbanisme de création du télésiège et de la Piste des Belleville dans le Vallon du Lou.

Nous demandons également que la commune des Belleville, s’engage de manière forte et durable à préserver ses espaces naturels remarquables.

 Nous sommes pour une amélioration de nos domaines skiables et la préservation des zones encore vierges qui font les atouts et l’équilibre de notre vallée touristique.

Mars 2017, l’Association Demain, Vivre aux Belleville.


 

 

Vous préférez le stylo? Vous pouvez signer la version papier de la pétition chez 4 dépositaires de la Vallée des Belleville. Nous les remercions de leur aide précieuse.

Maintenant, c’est à vous !

– À Saint Martin de Belleville :

> Magasin Sport 2000 Jean Sports > Quartier des Grangeraies > demander Jean.

 

– Aux Menuires :

> Magasin Sport 2000 Snow Sport > Quartier Les Bruyères > demander Patrick.

> Magasin SkiTop > quartier Croisette > demander Carole.

 

– À Val Thorens :

>Bar Pub Le Crewzer >Rue de Gébroulaz haut de la station > demander Antoine ou Victor.

Quand le projet est incohérent avec le PLU …

Incohérence avec les objectifs d’aménagements (PLU et SCOT)

La commune prend un virage en ouvrant à l’aménagement un secteur qu’elle souhaitait protéger ! Pour cela elle révise son PLU cette année et espère modifier ses fondements.

Actuellement, le projet sur le Vallon du Lou n’est pas compatible avec les grands axes du PLU sur lesquels la commune s’est engagée voici 10 ans.

Ce projet est également en désaccord avec les orientations définies dans le tout récent SCOT Schéma de Cohérence Territoriale Tarentaise Vanoise.

Je citerai pour exemples les extraits suivants…/…

SONY DSC
* Extrait des objectifs du Projet d’Aménagement de Développement Durable (à portée réglementaire) du PLU:

« …protéger les grands espaces naturels aujourd’hui non aménagés. »

* Autres citations trouvées dans le PLU :

« respecter les grands équilibres naturels et paysagers  »

« protection stricte des secteurs à forte sensibilité écologique (ZNIEFF, Encombres, etc.) »

*Ce que dit le règlement du PLU…
             ——-
* Extrait du SCOT:

« ..préserver les réservoirs de biodiversité..notamment les ZNIEFF 1… »

La carte et le document joints illustrent pleinement ces divergences: les voici

 

Comment ce revirement est-il justifiable aux yeux des autorités compétentes (préfecture, services de l’environnement) et des habitants des Belleville qui ne sont pas dupes ?

Encore une raison de plus de rejoindre notre mobilisation !

Rendez-vous le 22  Mars à 20h30 à la salle des fêtes de St Martin.104_0476

Aurélie CONTE et l’équipe de Demain Vivre aux Belleville

Prenons rendez-vous ! Le 22 mars.

 

 Le temps est venu de nous retrouver le mercredi 22 mars à 20h30 à la salle des fêtes de St Martin afin de:

  • vous présenter (/vous rappeler) qui nous sommes,
  • discuter du projet d’extension du domaine skiable dans le vallon du Lou, et des impacts négatifs qu’il générerait,
  •  organiser la mobilisation et lancer la pétition à présenter au maire et à l’enquête publique (du projet de télésiège qui aura lieu en avril en mairie).

Rendez-vous donc mercredi 22. Nous vous attendons nombreux !

Avant cet évènement,  vous trouverez de nouvelles infos en ligne sur ce blog. A venir:

  •  les incohérences du projet avec les documents d’urbanisme,
  •  le déroulement d’une enquête publique.

A très bientôt donc,

Merci pour votre soutien,

L’équipe de l’association éco-citoyenne Demain, Vivre aux Belleville.

Réunion Publique

UN PROJET TRES INQUIETANT

dsc02312

Nous qui aimons aller en montagne 

Nos motivations sont nombreuses, mais avant tout elles sont d’ordre esthétique.

Les paysages que nous découvrons sont à l’origine d’un plaisir lié à la beauté, à la pureté, à la perfection de la nature, à cette lumière bien particulière propre à l’altitude.

Imaginez le projet d’aménagement tel qu’il est prévu par la SEVABEL.                                  Vous parcourez le Vallon du Lou à ski, à raquettes ou à pied, votre regard n’échappera pas à la guirlande métallique du télésiège, barrant d’abord horizontalement la vallée puis montant en crête jusqu’au sommet de la Dame Blanche ; vous n’échapperez pas non plus au tracé de la nouvelle piste des Belleville cheminant depuis la Dame Blanche jusqu’au pont en aval du refuge. Une véritable atteinte au bonheur de parcourir ces espaces d’exception partagé par nous tous.

Quels sont les enjeux ?

Enjeux économiques :

Il faut savoir que 75% des forfaits vendus aux Menuires sont des forfaits 3Vallées.

Le nouveau système de « forfaits main libre » permet de connaître très précisément où sont « consommés » les forfaits, ce qui détermine le pourcentage reversé à chaque société de remontées mécaniques des 3 Vallées. Il se trouve que Val Thorens rafle la mise par son attractivité. Chaque société de remontées mécaniques déploie des stratégies pour diriger  « le flux de clientèle » vers ses propres installationsD’où des aménagements parfois  très contestables,  tels les pistes de La Chasse ou du Triton au sommet du DMC 3 Vallées, tracées plein SUD avec pour seul objectif : orienter le fameux flux. 

MINOLTA DIGITAL CAMERA

S’en suit une compétition entre les sociétés de remontées mécaniques. En ce qui nous concerne dans les Belleville : la SETAM pour Val-Tho, la SEVABEL pour les Menuires.

Le projet du LOU répondrait à cet objectif , en espérant récupérer un peu du « flux » et l’envoyer sur le domaine de la Masse se faire composter aux bornes qui vont bien ….

A moins que ça fonctionne dans l’autre sens, ce n’est pas exclu….

On peut être aussi un peu sceptique sur la pertinence économique du projet quand on sait que le télésiège  du Plan de l’Eau (situé à l’endroit exact du départ du futur projet) a une fréquentation assez médiocre, donc peu de passage sur ce secteur.

Enjeux stratégiques :

La pression sur l’aménagement du Vallon du Lou ne date pas d’hier.

On peut s’étonner que la SETAM invite la SEVABEL à installer sa gare de départ au départ même de son TS du Plan de l’Eau, c’est à dire à l’intérieur même du périmètre de son domaine skiable… et encourage la SEVABEL à tracer une piste en zone protégée ZNIEFF côté Lou ? grande générosité de la part de la SETAM, on peut être surpris…

Val Tho, on le sait, souhaite s’étendre et veut du ski au soleil….

Ces merveilleux vallons au départ de Caron et de Boismint,  en pentes idéales jusqu’au Lac font rêver plus d’un aménageur…

Vallon du Lou : sujet ultra sensible, on le sait. Il y a eu par le passé des tentatives d’aménagement, déjà bloquées par notre association : Demain Vivre aux Belleville

Mais s’ il y avait un précèdent ? par exemple cette nouvelle piste des Belleville sur le Lou.

Ce que l’on donne à Paul, on aura du mal à le refuser à Pierre ….

Pour un projet peu pertinent, on ouvre la porte à des pressions d’aménagements extrêmement dommageables.

Politique environnementale de la Commune

La Commune de St Martin communique beaucoup sur le sujet, veut être exemplaire, signe la charte avec le Parc National de la Vanoise, etc, etc… BRAVO on approuve à 100%.

Elle s’était clairement engagée lors de d’une publication ENVIRONNEMENT & PATRIMOINE rééditée en 2003 sur la protection de ses espaces naturels remarquables, dont le Vallon du Lou.

pict0052

Ce projet est l’occasion pour la Commune de (dé)montrer sa détermination dans la protection de son territoire et notamment d’un de ses fleurons, Le Vallon du Lou, reconnu par tous d’un très grand intérêt environnemental. Nous demandons qu’elle réaffirme de façon claire sa volonté de sanctuariser ses espaces naturels :

  • Vallon du Lou
  • Combes du Teurre et des Yvoses
  • Combe de Geffriand
  • Vallon des Encombres
  • Panneau nord de Béranger au Verdet

Aujourd’hui, ne serait-il pas plus réaliste, vu le contexte climatique actuel de freiner l’expansion des domaines skiables. De les pérenniser, par une stratégie en neige de culture, une modernisation du parc de remontées, bref d’améliorer le qualitatif et non le quantitatif. Rester dans le périmètre actuel des domaines skiables n’est possible que s’il y a en parallèle une maîtrise du développement immobilier pour ne pas arriver à saturation sur les pistes.

La croissance est nécessaire à l’équilibre économique de nos stations. Trouvons la sur du qualitatif, sur du développement durable,  mais ne jetons pas nos atouts aux orties.

Jacques ORTHLIEB, moniteur de ski.

Atouts naturels du Lou

Des qualités naturelles indéniables

Présentation :

Ce Vallon sauvage de plus de 1700 hectares est préservé jusqu’à ce jour des remontées mécaniques et infrastructures lourdes. Il est pourtant très proche des stations des Menuires et Val Thorens. On y accède uniquement à pied ou à ski de randonnée et pour partie par des itinéraires hors-piste l’hiver.

Ce vallon est un îlot de nature authentique où la faune et la flore y trouvent refuge.

Il est inventorié depuis 1993 au niveau national comme ZNIEFF de type 1, zone naturelle d’intérêt faunistique et floristique. La commune des Belleville a choisi de le garder comme zone non aménagée dans son Plan local d’Urbanisme jusqu’à ce jour.

Caractéristiques :

Ses roches diverses (grès et schistes du houiller notamment) ont favorisé l’installation d’une végétation diversifiée.

D’innombrables zones humides entourent les lacs Montfiot, Pierre Blanche et du Lou, ainsi que dans toutes les pentes le long des torrents et ruisseaux sous le Mont Brequin et la Pointe de la Masse notamment.

Caractéristiques du retrait des glaciers, ces milieux particuliers abondent entre autres dans ce vallon. Il n’existe pas encore d’inventaire complet, même si le Conservatoire (des Espaces Naturels) a travaillé à les cartographier. Le Vallon du Lou recèle encore de secrets à découvrir !

Dans les zones humides vit une flore protégée d’intérêt national dont des reliques glaciaires (Laiche bicolore, tofieldie boréale et jonc arctique) .

 

 

https://i1.wp.com/www.pharmanatur.com/Plantes%20prot/Tofieldia%20pusilla.jpg 

 

Pas très photogéniques ces plantes là vous me direz, pourtant elles jouent un rôle important !

Et oui !  Elles et leur milieu ont l’intérêt de filtrer et épurer naturellement les eaux de pluie et aussi de restituer à la saison sèche l’eau sur les versants, torrents quand la nature et les hommes en ont le plus besoin.

Près des lacs et gouilles, la linaigrette s’assure la vedette avec ses beaux pompons blancs cotonneux !linaigrettefeuillesetroites

Les tritons alpestres et grenouilles rousses s’y reproduisent.

tritonalpestrewiki

Lagopèdes, Tétras Lyre et perdrix bartavelles y  vivent. Pour certains ils hivernent et nichent dans ce vallon. L’hiver pour survivre il se cachent sous la neige.

Le pluvier Guignard a été aperçu plusieurs fois en migration.

Une importante population de mouflons y vit aussi, 200 têtes. Elle passe l’hiver sur le versant mauriennais.

aranpark

Ce vallon est un corridor écologique important entre le massif des Encombres, La Lauzière et la Vanoise pour les bouquetins, les mammifères et la grande faune notamment.

Le garder dans son intégralité est donc une nécessité pour le patrimoine écologique qu’il recèle et l’équilibre des espèces qui y vivent.

(Tous les détails cartographie, périmètre, inventaire sont téléchargeables sur le site d’observatoire de la Savoie : znieff-_vallonlou73140006 ).

Impact d’un aménagement dans une zone emblématique

  • Effets démultipliés et importants

Il est prévu la création d’une piste entraînant une fréquentation conséquente sur son tracé et ses abords en plus des débordements hors-piste depuis le sommet du télésiège. Nous passons d’une fréquentation hors piste confidentielle à une large présence humaine sur tout le versant équipé.

Et ce n’est qu’un début !

Une piste et une remontée génèrent des aménagements secondaires par la suite, pour l’entretien des installations, la sécurisation, améliorer l’enneigement. Ils élargissent toujours le périmètre initial (barrières à neige, piste 4×4 pour accéder aux pylônes, tranchées pour la neige de culture…)

Cela est autorisé par la réglementation des domaines skiables.C’est juste un fait avéré. Et dans notre cas, c’est un fait dommageable…

Passer d’un secteur vierge à un secteur équipé  génère des dérangements jour et nuit et en toutes saisons. La nuit pour le damage, à l’aube pour le déclenchement des avalanches en saison hivernale…et le secteur est souvent investi l’été pour l’entretien des installations ou de nouveaux travaux.

L’impact sur la vie des espèces s’en ressent. Survie en hiver très compromise. Reproduction et nichage perturbé en été. Au mieux elles se déplacent et sinon elles meurent.

https://i0.wp.com/www.ericdragesco.com/wp-content/uploads/2010/07/T%C3%A9tras-lyre-saut-2.jpg
Crédits photos : Eric Dragesco

D’un point de vue écologique, réduire la taille d’une zone refuge comme ce vallon est une hérésie. Elle perd pour partie sa fonction. En effet, l’espace vital de chaque espèce est contraint sur un chiffre minimum. En deçà de ce périmètre, les espèces vont ailleurs ou disparaissent.

On pourrait dire la même chose des randonneurs qui apprécient un site pour son caractère vierge, calme. Si ce site perd ses caractéristiques, les randonneurs le délaissent.

En résumé, ce vallon tranquille serait bien mieux à rester préservé pour le bien-être de tous, la nature et les hommes aussi. Un ancien paradis, perdu et banalisé, n’intéresserait plus personne.

Aurélie CONTE, présidente de Demain Vivre aux Belleville.

IMG_0021 paupaufacebooj-les-deux-lacs

Quand l’homme de terrain parle

 Eclairage technique d’un professionnel de la montagne.

Le télésiège: 1825m-2530m

  • Exposition aux vents et travaux importants.

Le départ jouxte le départ du télésiège du plan de l’eau. Implanté sur une crête, il sera exposé aux vents dominants sud et nord accélérés par l’effet venturi* au passage de la crête, particulièrement puissants dans ce secteur. Nous savons tous qu’un télésiège est plus sensible aux vents de travers qu’à ceux dans l’axe (risque de déraillement et que les sièges touchent les pylônes). L’arrivée se situe sur le replat de l’arrivée du téléski de la Masse. La gare sommitale volumineuse, comme toutes celles des débrayables, demandera de la place donc beaucoup de bullage pour grignoter la butte actuelle. On peut s’attendre à l’utilisation d’explosifs vu la nature du terrain.

*effet venturi : accélération de la vitesse du vent

  • Fréquentation et investissement

Dès le début de l’après midi ce versant Est plonge dans l’ombre,  difficile donc d’y attirer des skieurs qui vont se geler durant toute la montée… Tout le versant de la masse, où est implanté ce télésiège souffre d’une désertification dès la mi-journée. On peut se demander comment la Sevabel justifiera cette faible fréquentation par rapport au coûteux investissement (8 000 000 euros environ) auprès de la Compagnie des Alpes, sa société mère.

La Piste: 1950m-2500m

La description commence par le haut: 1ère partie et donc le bas 2ème partie.

  • Bullage et mouvement de terrain :

Concernant sa création: la 1ère partie plein Sud nécessite de gros volumes de terre à déplacer, belle entrée en matière pour une entrée discrète… La suite, face à Val Thorens, orientée plutôt Est Sud-Est, demande constamment du façonnage de terrain et donc du bullage. Seule la dernière partie en oblique à droite pour rejoindre le pont semble préserver le terrain naturel.

  • Conception de la piste

Concernant des possibles réserves à neige naturelles en bordure de piste, aucune zone n’est prévue pour l’instant; celles-ci permettent dès une chute de neige ou un phénomène venteux d’accumuler naturellement de la neige. Des barrières à neige type palissades en bois fort peu discrètes seront éventuellement implantées. Il est étonnant de constater que ce projet s’arrête à tracer une piste sans prendre dans sa globalité son enneigement. Les aménageurs préfèrent apparemment échelonner  les travaux  dans le temps ce qui va générer des coûts et des dérangements supplémentaires. On peut comprendre que les créateurs de pistes veulent gagner du temps et livrer leurs projets rapidement au détriment d’une cohérence et des évidences du terrain.

 On peut regretter que les hommes de terrain ne soient pas plus impliqués dans ce(les) projet(s) ni même plus écoutés en commission des pistes. On reste trop souvent sur le principe de « décideur payeur ». Le tracé de la piste de la Chasse image bien cette logique:  mauvaise conception du projet, autorisation accordée prématurément. Aujourd’hui son enneigement s’avère très difficile, elle reste très peu ouverte depuis sa création.

Il faut savoir qu’une fois le plan de piste établi et géolocalisé, il est inséré dans le système de guidage du bulldozer. Le chauffeur n’ayant plus qu’à suivre les données de son ordinateur intégré, peu de place est laissée à une utilisation naturelle du terrain.

Ceci explique sans doute les dernières créations souvent rectilignes style boulevards… D’où l’importance d’établir dès le départ un plan de piste de qualité prenant en compte tous ces paramètres. On constate trop souvent ailleurs sur le domaine ce type d’erreurs sur le terrain, par exemple une piste verte avec des variations importantes de pente, soit trop pentue ce qui occasionne des freinages suivis de faux plats obligeant à pousser.

  • Enneigement

Concernant l’enneigement: le début à 2500m sera décapé dès que les vents du sud, souvent forts dans ce secteur et à cette altitude, souffleront avec l’impossibilité de ramener de la neige vu les pentes raides environnantes. La suite de la piste Sud-Est prenant le soleil dès les 1ers rayons souffrira de la fonte sans pouvoir être réalimentée en neige. La dernière partie à 2000m y sera encore plus sensible.

Pour maintenir cette piste enneigée, d’autres travaux  en découleront pour implanter les conduites des enneigeurs (canons à neige) consommateurs d’eau, dont nous manquons cruellement. La saison d’hiver actuelle en est un bon exemple.

  •   Risque avalancheux

Ce secteur suffisamment pentu est exposé à des avalanches. Il sera donc nécessaire d’implanter des équipements de déclenchement d’avalanche (gazex, catex, etc…) défigurant une fois de plus le paysage.

Carte CLPA à jour de décembre 2006

secteur avalancheux

carte-clpa-legende-jeanluc

source: ftp://avalanchesftp.grenoble.cemagref.fr/epaclpa/CLPA_feuilles_carte/alpes/CLPA_AU65.jpg

Ces données font suite à l’entrevue du 17 février avec les responsables de la Sevabel: société de remontées mécaniques des Menuires – St Martin de Belleville.

Nos prochains articles traiteront des conséquences directes et indirectes de ces aménagements.

Nous espérons que notre démarche ainsi que notre travail de réflexion et d’analyse ne seront pas un coup d’épée dans l’eau grâce à votre soutien. Participons tous à l’évolution des mentalités pour une réflexion écocitoyenne qui donne plus de recul à ces projets.

Jean Luc Ligeon, moniteur de ski, guide de haute montagne, membre de la commission des pistes.


 

Tracés du projet télésiège et piste

On vous dit tout !

Ca y est ! On vous présente le projet d’aménagement du Vallon du Lou tel qu’il nous a été expliqué par la société de remontées mécaniques des Menuires.

Mise en situation :

dsc02624

Skis aux pieds, vous arrivez au bout de l’épaule de la Dame Blanche,  c’est de là que part la future piste rouge. Au lieu de tourner dans la pente nord de la piste noire, cette piste va plonger plein sud dans le vallon, avec en ligne de mire le Lac et le Refuge. La fin de la piste s’oriente à droite pendant 300m environ. Elle rejoint la piste actuellement damée au niveau du pont qui mène à l’actuel télésiège du plan de l’eau ou au boulevard Cumin. 
Voyons plus en détails les tracés…
 

Tracés sur google earth

D’après les éléments discutés avec la Sevabel, nous avons dessiné les tracés du futur télésiège et de la piste, voici la vision depuis différents angles, extraits réalisé sur google earth.

vuedelamasse

vuedesbruyeres

zoomtraceorange

couverturevaltho

 Situation réglementaire et urbanisme :

Le projet de télésiège est en limite de la zone protégée du Vallon du Lou.
 
Le projet de piste, lui, est entièrement dans une zone ZNIEFF * (zone naturelle d’intérêt écologique faunistique et floristique) actuellement protégée par le règlement d’urbanisme et donc inaménageable.
 
En 2017, la commune des Belleville est en train de réviser son PLU (Plan Local d’urbanisme)  pour qu’entre autres,  ce projet puisse être présenté et validé.
 
Vous aurez accès, comme nous et tout citoyen, au dossier complet du télésiège, en mairie au moment de l’enquête publique au mois d’avril  (pendant 1 mois). Vous pourrez donner votre avis sur un registre tenu par un commissaire enquêteur.
 
On vous en dira plus bientôt! A venir cette semaine, notre éclairage technique et détaillé des risques et de l’enjeu de votre mobilisation.

Poudre au Lou

Petit coup d’oeil en arrière; ça va mes clients suivent. On vient de quitter la cohue de la benne de Caron. Au col de Laudzin, je bifurque à gauche, on quitte la piste et ses repères rassurants.Déjà quelques traces, mais y a de quoi faire.

Petite halte pour redonner quelques consignes comme quand on rentre dans un lieu de prières qui n’est pas le nôtre. Ici, le silence domine, va falloir redevenir un peu « animal » regarder, flairer, supposer. Pour notre sécurité, mais aussi pour notre plaisir. Le brouillard du petit matin a laissé place à des vagues de diamants qui scintillent au soleil, il fait froid et la neige est légère. Allez, c’est parti, cette petite combe un peu à l’ombre ne peut-être que bonne, puis cette petite contre pente bien orientée aussi. Le jeu du cheminement pour trouver la meilleure neige est un plaisir partagé.

dsc00070

Les sourires, les rires sont la preuve que le choix de cette escapade était le bon ce matin de janvier. Quitter le « domaine skiable »pour entrer dans le « domaine hors-piste »nous fait passer de la condition d’un skieur de parc d’attraction hivernal à la condition d’un skieur responsable de son choix, de son itinéraire, de sa sécurité. On s’applique à faire la trace la plus pure, preuve d’une technique maîtrisée. Ca me fait toujours penser aux lignes d’écriture où on s’appliquait en tirant la langue sur le côté. Vallons après vallons, il est en vue. Tout de blanc tendu; au début on le distingue à peine au milieu de tout ce blanc. Puis ce grand plat au milieu des pentes c’est bien le LOU. Mes clients sont émerveillés, découvrir de tels espaces naturels à portée de spatules… ils ne pensaient pas que c’était possible si proche de nos grandes stations . Une petite gorgée de genépi au niveau du refuge, un peu comme pour se donner du courage pour quitter ce lieu d’enchantement

Jacques ORTHLIEB, moniteur de ski

Un atout naturel réputé

Un espace vierge de réputation internationale ?

Le vallon du Lou et les pentes surplombant le Lac du Lou sont très bien référencées sur les sites touristiques et spécialisés de montagne. Leurs accès faciles, leurs paysages préservés en font un point fort pour nos stations Les Menuires-StMartin, Val Thorens-Orelle, Les 3 Vallées.

Cet atout marketing est d’ailleurs utilisé sur les sites des offices du tourisme de notre vallée. Voici des extraits

« …Découvrir le plus grand, le plus beau lac de la vallée des Belleville, dans un vallon vierge de toute remontée mécanique…. »lu sur   st-martin-belleville.com

« Randonnée facile et assez courte, permettant la découverte de deux lacs dans un des rares vallons préservés des Trois vallées… » lu sur  lesmenuires.com

D’autres sites réputés font référence au vallon du Lou et ses Lacs.

altituderando.com présente des itinéraires de randonnées et de nombreuses photos du site.

« Le lac du Lou est un des plus grands lacs naturels de Savoie avec ses 7,6 hectares de superficie. Sa longueur est de 684m, sa largeur de 180m et sa profondeur maximale est de 17m (source Wikipédia). Facile d’accès, 45mn suffisent, il est situé au pied de la Pointe de la Masse mais un vallon vierge de toute remontée mécanique. Ce qui est assez rare dans le secteur… »

nicolas-feyeux

Lu dans les guides,topos, les brochures de randonnées.

… »Et justement, ce fameux hors piste du lac du Lou, bien que pas toujours praticable, est une des grandes classiques de la station. Ambiance haute montagne dans ce vallon sauvage (enfin un sur Val Thorens ! Pour combien de temps ?). » .montagne-cool.com

montee-peaux
Dans le vallon du lou, une douce rando en peau de phoques

… »La vallée du lac du Lou est complètement dédiée au hors-piste que ce soit de la Cime de Caron ou de La Pointe de la Masse….De multiples variantes sont possibles dans cette immense vallée restée sauvage ou tout les vallons sont skiables. » Camptocamp.org

dsc02630

Skitour, le spécialiste des rando en montagne décrit trois itinéraires d’accès depuis la cime Caron, La Masse et la Maurienne  Topos sur le Mont Brequin

Autres références trouvées sur la toile :

runtastic.com

france-voyage.com

thermal.brides-les-bains.com

skiinfo.fr

Le petit paradis en toute saison

Cela bouge sur les réseaux sociaux !

Entre messages privés, témoignages publics et commentaires, l’émotion monte sur notre page facebook.

Nous avons compilé toutes  les publications des habitants et amoureux de la vallée des Belleville sur la page.

Toutes les photos sont géniales, le cadre est parfait en toute saison!

De vrais symboles, un mouvement est en marche pour protéger cet atout naturel.

 

Ca chauffe pour les Alpes !

Ca chauffe pour les Alpes !

Un outil pour en parler :

Véritable outil pédagogique, le dépliant – poster du même nom permet aux professionnels de la montagne d’apporter des réponses, d’engendrer discussions et débats, d’initier la sensibilisation de leur public vacancier, sur le changement climatique dans les Alpes.

Réalisé par Educ’alpes et un collectif de 10 contributeurs,  il est disponible en téléchargement sur le lien suivant :

Chaud pour les alpes : le site !

cachauffe

Plus d’info sur le site Educalpes

Affaire à suivre sur notre blog pour d’autres infos pertinentes et utiles.

 

Nouveau refuge du Lou

dsc_2939Nouveau refuge du Lou

Détails du projet :

Pour répondre aux questions et remarques de nos lecteurs (sur Facebook), le refuge du Lou est en train d’être réhabilité et rénové, ceci afin de répondre aux nouvelles normes d’accueil.

Pour le reconstruire avec les 33 places nécessaires, il devait être agrandi. en effet, les normes de surfaces pour les refuges en haute montagne ont changées. Celles-ci imposent des tailles de couchages plus importantes. Cette rénovation a  pris du retard et aurait pu être réalisée il y a plusieurs années.

Pour en savoir +

La commune de St Martin tient en toute transparence, un blog spécial avec photos et articles, objectifs et résultats atteints depuis avril 2016.

Toute l’info officielle sur le site de la mairie des Belleville

Ce projet n’aura bientôt plus de secret pour vous. Bonne lecture !

refuge-du-lou-vue-3-est-1038x576

(crédit photos Mairie des Belleville)

facade_sud_est-1038x576
Crédits photo Mairie des Belleville

 

Devenons citoyens acteurs de l’environnement

Notre histoire.

Demain vivre aux Belleville est une association éco-citoyenne ayant pour objet d’informer et sensibiliser les habitants de la Vallée mais aussi les vacanciers aux enjeux de l’environnement en montagne. Mieux connaître, comprendre pour mieux préserver et faire des choix en conséquence. Elle est portée par quelques membres actifs et soutenus depuis son origine par de nombreux Bellevillois. A ses débuts dans les années 80, elle est née pour s’opposer à un projet d’extraction de minerai d’uranium. Une carrière à ciel ouvert aurait alors vu le jour sur la montagne du Cochet et sans doute compromis le développement touristique de la commune en défigurant le site de façon définitive.
Dans les années 1990, un projet d’équipement en remontées mécaniques du vallon du Lou est proposé et l’association se mobilise à nouveau pour tenter de conserver le milieu intact. La commune abandonne finalement le projet suite à la diffusion d’une pétition signée par de nombreux habitants de la vallée. En 2005, 3 jeunes de la Vallée contactent les anciens administrateurs et décident de reprendre l’association pour lui donner une portée participative.

edbb

Pour l’amour de la montagne

Belles citations

« Tout en contribuant au développement économique de notre vallée, nous voulons aider à préserver notre cadre de vie, pour nous, nos enfants et nos clients qui apprécient nos espaces sauvages et aménagés ». Jean Luc

« Ayons une vision à long terme et conservons pour les générations futures des sites capables de cristalliser les rêves et les émerveillements des hommes. Un développement non maîtrisé met la montagne en danger. » extrait des 10 commandements de la Charte Montagne de la FFCAM.

Extrait du  Belleville Info de décembre 1991, écrit personnellement par Georges Cumin (ancien maire de Saint Martin de Belleville),

De larges passages de cet article expliquent le développement de la vallée avec le souci de juste équilibre entre les activités touristiques hivernales et l’environnement’.

Ainsi un chapitre intitulé « coup d’arrêt au gigantisme » conclut que la décision de préservation des espaces naturels » a permis de rayer de la carte de nombreux projets de tracés de remontées, permettant de conserver à l’état naturel d’immenses panneaux de terrains pour la plus grande satisfaction des skieurs hors pistes, et permettant aussi de préserver totalement la zone aval…. ». Le passage plus détaillé par zone, relatif au bassin du lac du Lou, le rédacteur rappelle que « cet immense bassin de   1 700 ha du Lou sera conservé à l’état naturel, offrant de magnifiques itinéraires hors pistes de 1 500 m de dénivelé accessibles depuis la Cime Caron et La Masse. »

Où est passé cet esprit de juste équilibre entre tourisme hivernal, environnement, et plaisir des activités sportives hivernales ou estivales ? Mettre une ou plusieurs remontées mécaniques et/ou pistes, au cœur de ce vallon s’apparente en premier lieu à la dégradation visuelle de la vallée des Encombres par cette horrible ligne électrique.